Quand la voix doit passer au-dessus du bruit ambiant

L’excès de bruit pousse à forcer sur la voix. Ce problème touche de nombreux professionnels qui pour exercer leur métier, doivent faire passer leur voix au-dessus du bruit ambiant : des situations de travail plus courantes qu’on l’imagine…

bruit_classe2

La bonne voix dans la bonne situation

Enseignants, chanteurs, comédiens, commerciaux, avocats, opérateurs téléphoniques, chefs de chantier, serveurs… La voix est un outil de travail pour de nombreux professionnels qui évoluent dans un environnement bruyant, face à des personnes peu réceptives ou physiquement éloignées. 
Au quotidien, ils ont donc besoin de parler fort et de façon prolongée. Leur voix conversationnelle située entre 55 à 65 dB ne suffit pas. Ils doivent y mettre plus d’énergie pour qu’elle gagne en intensité.

Cette voix plus puissante utilisée en général dans le cadre professionnel oscille entre 65 à 80 dB et s’appelle la voix projetée. Elle demande l’apprentissage d’une certaine technique. Elle nécessite un bon appui corporel pour avoir une bonne verticalité et un bon équilibre de tout l’appareil vocal (appareil respiratoire, larynx et cavités). Elle demande un contrôle de la respiration et notamment du souffle abdominal. Sans technique et sans préparation, ce niveau de voix peut conduire à un forçage, un malmenage ou un surmenage de celle-ci.

La voix est donc un outil de travail comme un autre. Si l’on s’en sert mal, elle perd de ses qualités. Il faut donc apprendre à s’en servir pour prévenir les troubles de la voix, extinctions de voix, enrouements et fatigue des cordes vocales.  

Réduire le bruit pour épargner la voix

Pour se faire entendre et avoir un retour de voix suffisant, le bruit doit être 5 dB en-dessous de l’intensité habituelle de la voix qui se situe entre 55 à 65 dB. Au-delà, il entraîne un forçage vocal.

67 %* des actifs français se disent dérangés par le bruit sur leur lieu de travail. Même si le Code du Travail impose une prévention et des seuils à ne pas dépasser, souvent les situations professionnelles créent des niveaux de bruit importants. Elles sont nombreuses et pas toujours bien identifiées.

Pour imaginer le nombre de contextes quotidiens où il faut forcer sur la voix, voici quelques repères du nombre de décibels (dB) que peuvent atteindre certains lieux :

  • Chambre calme : entre 25/30 dB
  • Bureau calme : 44/45 dB
  • Bureau : 60 dB
  • Salle de classe : 50/80 dB
  • Restaurant bruyant : 70 dB
  • Restaurant scolaire : 80/95 dB
  • Tondeuse à gazon : 85/95 dB
  • Cours de récréation : 90 dB
  • Marteau piqueur : 100/120 dB
  • Préau d’école couvert : 110/120 dB
  • Réacteur d’avion : 140 dB

Source INRS : http://www.inrs.fr/risques/bruit/exposition-risque.html

Boiron