8 conseils pour éviter de hausser la voix

Quand la voix présente des signes de fatigue, que l’extinction de voix menace et que l’enrouement n’est pas loin, il convient d’économiser sa voix.
Voici quelques conseils pour épargner vos cordes vocales et ne pas hausser la voix à la maison, au travail… Partout !

8 conseils 1

1 – Placez-vous en bonne position

Petit rappel : le mécanisme de la voix fait intervenir tout le corps : le larynx, la cavité buccale, les poumons bien sûr, mais aussi le diaphragme. Évitez aussi de parler plié en deux ou tassé sur vous-même. Cela empêche au souffle de bien passer et aux cordes de bien vibrer. Adoptez une posture droite, tenez-vous bien ancré dans le sol avec la tête dans le prolongement du corps.

 2 - Faites face à votre public

Par exemple, inutile de hurler « Ça fait trois fois que je te demande de te brosser les dents ! » à un enfant qui se trouve à l’autre bout de la maison. Des paroles prononcées à distance ont peu de portée. Quand votre voix est fatiguée, déplacez-vous et parlez en face de votre interlocuteur, sans forcer. 

 3 – Développez la communication non verbale. 

Un regard, une mimique, un geste sont parfois aussi efficaces qu’un long discours. En cas d’enrouement ou de fatigue de la voix, travaillez votre expressivité. Renforcez votre discours avec une communication non verbale plus appuyée que d’habitude. 

4- Ar-ti-cu-lez

Pour compenser une fatigue des cordes vocales, un enrouement ou une extinction de voix, appliquez-vous à bien articuler. Essayez d’adopter un timbre grave et soignez la précision et la tonicité de votre diction. 

5 – Pensez à respirer

Lors d’une conversation animée et chaleureuse, nous avons naturellement tous tendance à parler plus vite et plus fort pour finir presque en apnée. Erreur ! Prenons le temps de respirer pour mieux parler. Les cordes vocales ont besoin de souffle pour vibrer.  

6 – Ne forcez pas sur votre voix

Face par exemple, à un enfant qui hurle, n’essayez pas de crier plus fort que lui. Crier est le signe d’une perte de contrôle. De plus, ce serait lui apprendre à hurler pour se faire entendre. Efforcez-vous de rester imperturbable. Parlez sans forcer sur votre voix. À un moment ou à un autre, il se calera sur vous et parlera moins fort. 

7– Économisez vos mots

Lors d’une discussion vive, l’esprit s’emballe et les mots aussi. On délaye le message pour noyer d’informations l’interlocuteur. Pour épargner vos cordes vocales, faites des économies de langage.
Travaillez le discours : donnez des ordres, énoncez des interdictions, faites des phrases simples et courtes. Préférez l’impératif, le présent ou le futur et oubliez le conditionnel qui incite à poursuivre l’échange.

8 – Réduisez le niveau sonore ambiant

Notre environnement quotidien est souvent très bruyant sans que l'on s'en rende toujours compte. Des bruits extérieurs, des conversations qui se croisent, un appareil en fonctionnement…
L’ensemble crée un bruit de fond qui nécessite de forcer sur la voix pour communiquer. Pour limiter les troubles de la voix, l’extinction de voix, l’enrouement et la fatigue des cordes vocales, pensez à réduire le niveau sonore ambiant.   

8 conseils
Boiron